Je suis un marin solitaire qui lance son message dans des bouteilles à la mer.

J’ai navigué sur bien des océans et des mers du monde entier et même au-delà dans mes folles pérégrinations.

J’avance inexorablement, quelle que soit la météo. Sous la voûte nocturne, j’ai pour boussole mon étoile inaccessible.

Je suis un marin solitaire qui lance son message dans des bouteilles à la mer.

J’avance un pas après l’autre, trébuchant parfois d’un pas de travers à droite, compensé d’un autre pas de travers à gauche pour corriger le cap, louvoyant pour remonter les vents contraires qui tentent de contrarier mon chemin.

Mais, me dit le terrien profane, pourquoi continuer puisque tu la sais inaccessible ?

Car c’est mon destin d’avancer. Car avancer me donne un but, car ne pas avancer, c’est reculer. Car c’est ma folie et ma raison de vivre.

Je suis un marin solitaire qui lance son message dans des bouteilles à la mer.

À plusieurs reprises, ébloui par des feux pirates, et les confondant avec des phares, j’ai failli m’échouer sur des hauts fonds rocheux.

Depuis, et avec l’expérience, j’ai appris à distinguer les différents types de lumières. Je les préfère subtiles et douces à celles trop éclatantes et pleines de strass.

Je suis un marin solitaire qui lance son message dans des bouteilles à la mer.

Mais quel est donc ce message que tu lances dans tes bouteilles à la mer ? Est-il à ce point si important pour y sacrifier ta vie ?

Mon message c’est un SOS, un cri enfermé dans une bouteille. Il s’échappera comme une évidence à celle qui voudra bien l’ouvrir.

Je suis un marin solitaire qui lance son message dans des bouteilles à la mer. Qui espère seulement dans sa folie, pouvoir un jour connaître l’amour.

Alors je continue, contre vents et marées de jeter des bouteilles à l’amer.