Ceux qui nous traitent de dangereux anarchistes sont parfois les mêmes qui défendent Trump et les théories complotistes. Ils utilisent cette méthode basée sur une rhétorique consistant à répéter haut et fort sans arrêt les choses sans jamais apporter la moindre preuve de ce qu’ils avancent.

Ils détournent et retournent sciemment la définition des mots pour faire passer leurs nauséabondes doctrines.

Un président régulièrement élu se transforme en tricheur, les journalistes en menteurs, les médecins en empoisonneurs, les scientifiques en blasphémateurs…

À leurs yeux, la seule vérité acceptable et celle issue des cerveaux malades de leurs gourous.

Ces soi-disant partisans de l’ordre et de la moralité sont pourtant les premiers à utiliser la violence pour essayer d’imposer leurs idées.

Il s’agit bien d’une guerre que nous devons mener contre l’obscurantisme.

Et pour ne pas être naïfs, nous devons la mener contre tous les obscurantistes, c’est à dire aussi contre ceux qui défendent le capitalisme et l’ultralibéralisme.

Ils utilisent bien les mêmes méthodes. Répétant à l’envie que la croissance est la mère des vertus, que l’argent des riches finira bien un jour par ruisseler vers les pauvres et que nous devrions nous sacrifier pour le meilleur des systèmes.

Eux aussi utilisent les arguties de langage, la manipulation, la violence sociale, celle qu’ils appellent « la violence légitime »… Pour asseoir et maintenir leur pouvoir.

Les péripéties des conspirationnistes et des haineux sont pour eux du pain béni. Cela leur permet de prendre à témoins ceux qui dans la population et quel que soit leur camp, sont contre la violence.

Et nous, nous nous retrouvons entre les deux. À recevoir des coups des deux côtés, de la part de personnes incapables d’imaginer et donc de penser que l’on puisse avoir une position centrale et nuancée.

Parce qu’ils rejettent ceux du camp opposé, ils nous enjoignent de faire un choix et de rejoindre un camp, incapables de se rendre compte qu’ils utilisent par la même et à notre encontre cette même violence qu’ils prétendent combattre.

Ils reprennent et mettent en pratique cette citation « si tu n’es pas avec moi, alors tu es contre moi ! » que j’ai en horreur, car elle renie la complexité et la subtilité de la pensée humaine.

En nous imposant un monde binaire et donc violent, ils concourent à sa destruction.

Je suis un anarchiste, eux des anomistes.