Si plus le temps passe et plus je suis désabusé, et c’est un euphémisme, par ce monde qui n’en finit pas de mourir et par une grande majorité de ses habitants au mieux apathiques, au pire soumis, il ne me reste aujourd’hui qu’un seul rêve et espoir.

Celui de le voir mourir de mon vivant. Je pourrais alors partir l’esprit tranquille pour mon fils et les nouvelles générations. Rassuré qu’ils puissent vivre dans un monde et une société plus justes.

Je vais donc continuer d’écrire, modestement, et partager ma façon de voir qui me semble-t-il est épousée par une petite minorité. Je vais donc continuer d’être fou aux yeux de beaucoup, immature et irresponsable pour certains.

Ma seule crainte est sur la façon dont va se faire la transition. Par le passé elles se sont souvent déroulées dans la douleur.

C’est la raison pour laquelle j’invite et j’insiste pour une réappropriation du champ politique par les rêveurs, les poètes, les artistes, les clowns (sauf JM Bigard), les sans dents…

Nous devons plus que jamais résister en cette période où il nous est interdit de nous produire (en chair et en os) et donc de partager notre vision du monde.

Pour ma part, je milite pour le revenu universel, un outil puissant, qui lorsque l’on y réfléchit bien, permettrait une transition en douceur.

La Mort, « l’arcane sans nom », la treizième carte du tarot, symbolise la putréfaction des morts qui enrichit la terre pour produire la renaissance d’une nouvelle ère.