En argot Internet, un troll caractérise un individu ou un comportement qui vise à générer des polémiques. [Source Wikipédia]

Toutes ces personnes qui réfutent ce qui auparavant faisait consensus et qui permettait à la société d’avoir un socle commun cherchent en fait à établir une nouvelle forme de dictature.

Ils soumettent tout au relativisme. Tout peut alors être contesté en permanence sans avoir le besoin d’expliquer les choses et d’apporter d’autre preuve que celle de son droit à croire n’importe quoi au détriment de ce qui auparavant faisait l’unanimité grâce aux règles communes, au bon sens et aux connaissances scientifiques.

Ils ouvrent alors la voie à l’arbitraire politique et moral !

Cela m’arrange de croire que les élections ont été truquées, donc j’affirme haut et fort qu’elles le sont, j’en conteste les résultats et je vous réfute le droit de m’accuser de menteur et de manipulateur, car c’est mon droit de le penser et le dire.

Je crois que le monde a été créé il y a 6.000 ans (créationnisme) donc j’impose que cette doctrine soit enseignée à l’école.

Si on applique ce principe jusqu’au bout, il n’y a plus d’échelle de valeurs. Le mauvais goût est consacré face au bon goût (voir l’illustration). Le moindre scribouillard comparé à Dostoïevski. Le philosophe du 20h placé au même rang que Voltaire. Les acteurs de la téléréalité considérés comme des stars. L’argent devient une valeur morale. Un tableau monochrome vendu un million d’euros. Et quant à distinguer le bien du mal, on se pose des questions.

En fait ces gens ne sont rien d’autre que de grands hypocrites manipulateurs qui utilisent la subversion déguisée en relativisme ainsi que le populisme pour imposer la loi du plus fort en semant la discorde et le trouble dans la population. Le relativisme permet également de flatter les sots en leur faisant croire qu’ils sont intelligents puisqu’ils peuvent dire n’importe quoi sans contradiction possible.

Il faut dire aussi qu’ils sont très sûrs d’eux et que leur principal argument, la liberté de penser et de dire, désarçonne la plupart des contradicteurs.

Alors, comment faire ? C’est un travail compliqué et de longue haleine qui dépend du degré conviction des protagonistes. Il est réservé à des personnes rompues à ce genre d’exercice (ce n’est pas pour moi).

Pour ma part, je milite à l’avènement d’une société plus juste et humaniste où chacun aurait sa place et où l’instruction et l’éducation – qui permettent d’acquérir un esprit critique – auraient une place centrale.

La question que je me pose est la suivante : sachant que les relativistes gagnent régulièrement du terrain (on les laisse faire) et que nous sombrons chaque jour un peu plus en idiocratie : comment cela va-t-il se terminer ?

Pour éviter le pire il devient urgent de réinvestir le champ politique. Reprendre le pouvoir est à mes yeux la seule méthode véritablement efficace pour changer les choses.