«Voilà la triste histoire de l’homme qui ne terminait jamais ses…»

Alain avait cinquante-cinq… Et il était connu de tous pour ne jamais terminer ses…

Tout petit déjà, dès ses premiers mots, le manque, cruel, se faisait présent : «Maman, Papa, j’ai envie de…». Et les larmes lui venaient aux yeux.

Face à la détresse de ses parents, les plus grands médecins, orthophonistes, psychologues, psychiatres, neurologues, charlatans, étaient venus du monde entier pour se pencher sur son cas. Rien à faire. Le mystère était le plus total. Il était le seul, l’unique, parmi les 7 milliards d’habitants, à ne jamais terminer ses…

Sa première petite amie l’avait quitté, car il n’avait jamais pu lui dire : «Julie ! Je t’…»

Son premier entretien d’embauche complètement raté, lorsque le recruteur lui avait demandé : «Si vous deviez définir notre entreprise en un mot, que diriez-vous ?». Et lui de vouloir répondre «…».

Sa vie avait été une longue série d’échecs, face au mieux à l’incompréhension des gens devant son handicap, et au pire face à la méchanceté gratuite et facile des trop nombreux imbéciles qui peuplent notre terre.

Heureusement pour lui, un jour, il y avait eu l’amitié des autres, des différents, des sans dents, de ceux qui ne sont pas dans la norme, ceux qui ont une jambe plus courte que l’autre, de ceux qui n’en ont rien à foutre des règles, des anarchistes, du petit peuple… de tous ces gens au cœur plus grand que tout !

Eux l’avaient accepté, avec sa différence, et en retour, lui avait accepté les leurs. Et un monde d’une richesse insoupçonnée s’était alors ouvert à lui. Lui qui jusqu’ici, se croyait banni des Dieux, était devenu béni. Ils lui avaient d’abord donné de l’amour et de la chaleur humaine, jusqu’au jour où, à force de les côtoyer, il avait enfin trouvé… sa voie.

Il était devenu écoutant. Lui, qui ne pouvait jamais terminer ses… Prenait à cœur d’écouter les autres, de les écouter jusqu’au der-nier mot, sans ja-mais dé-fai-llir. Qui d’autre que lui était à même de comprendre, plus que tout autre au monde, l’importance d’être écouté. Sa capacité d’attention était sans pareil. Jamais de jugement, une patience infinie et de la tolérance. Ceux qui se confiait à lui, ressortait miraculeusement guérit de leurs angoisses, de leurs mal-être, tant les yeux d’Alain, tant son visage, tant son attitude inspirait l’écoute la plus totale doublée d’une empathie réelle.

Jusqu’au bout, sur son lit, entouré de ses nombreux amis, les larmes aux yeux, non pas parce que la mort arrivait, mais parce qu’il savait que le mot de la fin lui échapperait : il avait murmuré, «Je me …».